Catégories
Infos Craco

Décision sur l'avortement en Pologne: les partisans pro-choix sont les plus importants contre les manifestations gouvernementales

Environ 100 000 personnes ont défilé vendredi à Varsovie lors de la plus grande manifestation jamais organisée en neuf jours de manifestations à l'échelle nationale contre une interdiction quasi totale de l'avortement en Pologne.

Les partisans pro-choix ont défié les restrictions du coronavirus, interdisant les rassemblements de plus de cinq personnes de descendre dans les rues bordées de policiers militaires.

Ils ont marché vers la maison du chef du parti de droite au pouvoir, loi et justice (PiS), portant des parapluies noirs, symbole des manifestations pour le droit à l'avortement en Pologne, et des banderoles sur lesquelles on pouvait lire: une femme".

Comme les jours précédents, des manifestations ont également eu lieu dans d'autres villes polonaises.

De petits rassemblements d'activistes d'extrême droite ont émergé des rues latérales de Varsovie, tirant des fusées éclairantes sur les personnes prenant part à la manifestation pro-choix.

La police de Varsovie a essayé de maintenir une distance entre les groupes et une grande partie de la marche s'est déroulée pacifiquement.

Une dizaine de personnes ont été arrêtées, a indiqué la police.

La manifestation, l'une des plus grandes manifestations en Pologne depuis des années, fait suite à une décision de la Cour constitutionnelle interdisant l'avortement en cas de graves malformations fœtales le 22 octobre.

<amp-img class = "inline-gallery-btn i-amphtml-layout-responsive i-amphtml-layout-size-defined" on = "tap: inline-image-gallery, inline-image-carousel.goToSlide (index = 1) "tabindex =" 0 "role =" button "data-gallery-length =" 2 "src =" https://static.independent.co.uk/2020/10/31/10/2020-10-30T164200Z_290362570_RC24TJ99Z6OU_RTRMADP_3_POLAND -ABORTION.JPG? Width = 982 & height = 726 "alt ="

Une femme participe à une manifestation contre la décision du tribunal constitutionnel polonais qui impose une interdiction quasi totale de l’avortement à Varsovie le 30 octobre

"height =" 4235 "width =" 6329 "srcset =" https://static.independent.co.uk/2020/10/31/10/2020-10-30T164200Z_290362570_RC24TJ99Z6OU_RTRMADP_3_POLAND-ABORTION.JPG?width=320 320w, https : //static.independent.co.uk/2020/10/31/10/2020-10-30T164200Z_290362570_RC24TJ99Z6OU_RTRMADP_3_POLAND-ABORTION.JPG? width = 640 640w "layout =" responsive "i-amphtml-layout =" responsive ">

Une femme participe à une manifestation contre la décision du tribunal constitutionnel polonais qui impose une interdiction quasi totale de l’avortement à Varsovie le 30 octobre

(Reuters)

Le projet de loi supprime le plus courant des quelques motifs juridiques laissés à l’avortement en Pologne, ces grossesses représentant 96% des interruptions dans le pays.

Après l'entrée en vigueur de la décision, les femmes ne pourront accéder légalement à l'avortement qu'en cas de viol, d'inceste ou de menace pour leur santé.

Les femmes cherchant à se faire avorter ont déjà été refusées aux hôpitaux polonais, même si la décision n'est pas encore exécutoire, selon le groupe de soutien pour le droit à l'avortement Abortions Without Borders.

Plus tôt vendredi, le président Andrzej Duda a tenté d'apaiser les tensions en proposant une législation réintroduisant la possibilité d'avortements dus à des anomalies fœtales, bien que limitées uniquement aux anomalies qui mettent immédiatement la vie en danger.

Mateusz Morawiecki, le Premier ministre polonais, a promis que les législateurs appliqueraient la législation rapidement, mais les manifestants n’ont pas été impressionnés.

«C'est une tentative pour adoucir la situation pour le PiS, mais aucune personne sensée ne devrait tomber dans le piège», a déclaré Joanna Scheuring-Wielgus, militante et législatrice de gauche.

D'autres manifestations étaient prévues samedi, à la fois en Pologne et dans d'autres pays européens.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *