Catégories
Infos Craco

La ville néerlandaise de Nieuwegein coupe les liens avec un jumeau polonais déclaré «zone sans gay»

Une ville néerlandaise a rompu ses liens avec son jumeau officiel en Pologne après que les autorités locales l'ont déclarée «zone sans LGBT».

Le conseil municipal de Nieuwegein, au sud d'Utrecht, a voté 26-1 pour se dissocier de Puławy dans la province de Lublin, dans le sud-est de la Pologne.

Il a suivi la décision de la municipalité locale de la ville de se joindre à 100 autres à travers la Pologne pour adopter des résolutions «contre la propagande LGBT» et «« sans idéologie LGBTI »».


Plusieurs villes ont introduit des mesures anti-homosexuelles dans le cadre de la campagne du Parti au pouvoir et de la justice (PiS) pour promouvoir les valeurs familiales conservatrices.

Les militants pour l'égalité ont établi une carte de «l'Atlas de la haine» montrant qu'une région du pays plus grande que la taille de la Hongrie est effectivement devenue une «zone sans LGBT», soutenue par des conseillers locaux.

Andrzej Duda, du parti Droit et justice (PiS), a remporté un deuxième mandat présidentiel le week-end dernier (REUTERS)

Après le vote à Nieuwegein, l’échevin Marieke Schouten a marqué la décision en couvrant le nom de la ville polonaise sur les panneaux d’entrée de Nieuwegein avec un drapeau arc-en-ciel.

"C'est une déclaration", a-t-elle déclaré à RTV Utrecht. «Les zones sans gay ne sont pas terminées. Tout le monde est le bienvenu dans notre ville. Peu importe qui vous êtes, quelle couleur de peau vous avez, en quoi vous croyez ou quelle est votre orientation sexuelle.

"Si vous avez une amitié avec une ville où cela n'est pas autorisé, nous avons de bonnes raisons de dire que nous sommes préoccupés par ce qui se passe là-bas."

Le président polonais, Andrzej Duda, qui a obtenu un nouveau mandat le week-end dernier, a juré lors de sa campagne électorale de "défendre les enfants de l'idéologie LGBT", un engagement qui s'est révélé populaire parmi sa base conservatrice et l'église catholique.

Dans une enquête menée par Ipsos l'année dernière, lorsqu'on lui a demandé de nommer la plus grande menace pour la Pologne au 21e siècle, la réponse la plus populaire parmi les hommes de moins de 40 ans était «le mouvement LGBT et l'idéologie de genre».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *