Catégories
Infos Craco

Le Parlement polonais retarde sa décision sur de nouvelles restrictions à l'avortement | Nouvelles du monde

Le Parlement polonais a ajourné sa décision finale sur un projet de loi visant à resserrer la législation déjà stricte du pays sur l'avortement.

Le projet de loi interdirait l'avortement en raison de graves anomalies fœtales, l'une des rares exceptions à l'interdiction quasi totale de l'avortement actuellement en vigueur dans le pays. Il a été renvoyé à une commission parlementaire pour complément de travail.

La nouvelle restriction proposée a été proposée par un groupe catholique ultra-conservateur, en vertu d'un règlement qui permet aux initiatives citoyennes qui recueillent plus de 100 000 signatures d'être débattues.

Le Parlement, dominé par le parti au pouvoir Law and Justice (PiS), avait le choix de rejeter le projet de loi immédiatement ou de le renvoyer rapidement à une deuxième lecture, mais jeudi a choisi l'option de la voie médiane. Dans le passé, cela a été un moyen de laisser tranquillement disparaître la législation, mais elle pourrait encore refaire surface.

Les tentatives précédentes d'imposer un plan d'avortement total dans le pays avaient été provisoirement soutenues par des parties du PiS, mais le gouvernement a reculé après des manifestations de masse. Cette semaine, des dizaines de femmes polonaises ont manifesté à Varsovie malgré un verrouillage strict actuellement en place contre le coronavirus.

Le président Andrzej Duda, un allié du PiS, a déclaré plus tôt ce mois-ci que «tuer des enfants handicapés est tout simplement un meurtre» et a promis qu'il signerait la loi si elle lui parvenait. Des groupes de défense des droits en Pologne et dans le monde ont condamné la législation et appelé le Parlement à la rejeter d'emblée.

La Pologne possède déjà certaines des lois les plus strictes d’Europe, l’avortement étant illégal, sauf en cas de viol ou d’inceste, où la vie de la mère est en danger ou en cas d’anomalies fœtales graves. S'il est adopté, le projet de loi mettra fin à presque tous les avortements légaux dans le pays.

De nombreuses femmes voyagent actuellement à l'étranger pour rechercher des soins de santé génésique ou utiliser des pilules pour pratiquer des avortements médicaux à domicile. Cependant, les restrictions liées aux coronavirus rendent ces options plus difficiles pour le moment.

Jeudi, le Parlement polonais a également présenté un autre projet de loi d'initiative citoyenne sur l'éducation sexuelle. Les auteurs du projet de loi, surnommé «Halte à la pédophilie», ont déclaré que ceux qui promouvaient le plus l'éducation sexuelle dans les écoles étaient souvent des personnes qui «soignaient et familiarisaient les enfants avec l'homosexualité».

«Nous continuerons de surveiller chaque geste des autorités pour veiller à ce que ces projets de loi régressifs ne progressent pas lorsqu'ils refont surface inévitablement», a déclaré dans un communiqué le directeur polonais d'Amnesty International, Draginja Nadazdin.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *