Catégories
Infos Craco

Le point de vue des Gardiens sur les chrétiens libéraux: est-ce leur moment? | Religion

«Personne n'est sauvé seul», écrit le pape François dans Let Us Dream, un petit livre de réflexions sur Covid publié le mois dernier. Ces paroles ont une résonance chrétienne évidente. Mais le sens que le pape entend transmettre est avant tout laïque. La pandémie, pense-t-il, a souligné notre vulnérabilité commune et notre dépendance mutuelle. En nous choquant de l'indifférence et de l'égoïsme quotidiens, nos troubles actuels peuvent ouvrir l'espace à un nouvel esprit de fraternité. Un nouvel accent mis sur la recherche des uns et des autres, affirme le pape, peut devenir le thème d'une politique post-pandémique plus généreuse et bienveillante.

Let Us Dream est un livre pastoral et spirituel qui aspire à s'adresser aussi bien à un public laïc qu'à un public religieux. En mettant l'accent sur la solidarité civique, la tolérance, le souci des pauvres et de l'environnement, c'est aussi la dernière tentative du pape François de déplacer le cadran du christianisme du XXIe siècle loin des guerres culturelles qui l'ont consumé.

Il y a une tentation évidente de répondre ironiquement: «Bonne chance avec ça.» À bien des égards, 2020 a été une autre année déprimante pour les chrétiens d'esprit libéral. L'Église catholique polonaise a travaillé main dans la main avec l'État pour tenter d'interdire efficacement l'avortement et de piétiner les droits des LGBTQ +. La forte désapprobation d'une majorité de Polonais, qui ne souhaitent pas vivre dans une théocratie, n'a pas coupé la glace. Dans la Hongrie voisine, les églises réformée, luthérienne et catholique ont continué à tergiverser alors que le gouvernement de Viktor Orbán continuait à intimider les minorités au nom du «christianisme illibéral». Pendant la période qui a précédé l'élection présidentielle américaine de novembre, la militarisation cynique par Donald Trump du débat sur l'avortement a contribué à assurer un fort soutien chrétien au président le plus profane et le plus illettré sur le plan religieux de l'histoire du pays. Et cette semaine, le pape François lui-même a manifesté sa désapprobation de la légalisation de l'avortement dans son Argentine natale.

Mais ce résumé brutal de l'Église en contradiction avec le monde libéral ne raconte pas toute l'histoire. En Grande-Bretagne, comme ailleurs, les églises chrétiennes, aux côtés des mosquées et des synagogues, ont joué un rôle de premier plan dans l'activisme communautaire qui a maintenu les gens et les familles à flot pendant des mois d'incertitude et de difficultés aiguës. C'est de cette source de sentiments et d'altruisme, dont l'importance est soudainement au centre de nos vies, que Let Us Dream croit qu'un «nouvel humanisme» peut émerger. Pour ceux qui partagent cette aspiration, qu'ils soient laïcs ou religieux, il existe de véritables motifs d'espoir en 2021.

Un catholique libéral

L'élection à la Maison Blanche de Joe Biden, un démocrate qui est aussi un catholique pratiquant, est la meilleure nouvelle que les chrétiens libéraux ont eue depuis longtemps. Dans un livre publié le mois dernier, le cardinal conservateur australien George Pell a déclaré que M. Trump était "un peu barbare, mais à certains égards important, il est" notre "barbare (chrétien)". La fin de cette relation cyniquement transactionnelle entre la Maison Blanche de M. Trump et la droite religieuse signale de nouvelles possibilités. Dans son discours de victoire, M. Biden a cité l'Ecclésiaste, disant que pour une Amérique divisée, «il était temps de guérir». Lorsqu'il a discuté de sa foi, le président élu a eu tendance à parler d'altruisme, de décence et d'intégrité personnelle, évitant ainsi les lignes de division provocantes.

M. Biden a soutenu l'accès à l'avortement et au mariage homosexuel. Il sera, par conséquent, ciblé sans relâche par les critiques catholiques conservateurs et les évangéliques. Le président de la Conférence américaine des évêques catholiques, José Gomez, a convoqué un groupe de travail pour aborder la situation «difficile et complexe» de traiter avec un catholique libéral à la Maison Blanche. Mais le vote catholique a été partagé également entre M. Biden et M. Trump. Et, surtout, le pape François aura probablement le dos du nouveau président.

Cette relation pourrait constituer un nouvel axe important d'influence libérale en Occident. Après un récent appel téléphonique entre les deux, une déclaration de l'équipe de transition de M. Biden a déclaré que le président élu «avait exprimé son désir de travailler ensemble sur la base d'une croyance partagée en la dignité et l'égalité de toute l'humanité, sur des questions telles que la protection de la santé. les marginalisés et les pauvres, faire face à la crise du changement climatique et accueillir et intégrer les immigrants et les réfugiés dans nos communautés ». Il s'agissait de cocher plus ou moins la liste des priorités que le pape a tenté de fixer, sous l'assaut constant des conservateurs religieux. La perturbation de l'alliance récente entre le christianisme et le populisme de droite a des implications importantes non seulement pour l'Amérique, mais pour la lutte contre la pauvreté mondiale, l'urgence climatique et la crise migratoire.

La fraternité comme nouvelle frontière

L’élection de M. Biden n’est pas le seul signe d’espoir pour les chrétiens qui aspirent à ce que leurs dirigeants regardent au-delà de la préoccupation étroite des droits reproductifs et de la sexualité. L'année dernière a été marquée par deux documents théologiques importants, l'un de l'église orientale et l'autre de l'ouest. Vers un éthos social de l'Église orthodoxe, publié pendant le Carême, est un appel radical aux chrétiens orthodoxes à s'engager dans l'aggravation des inégalités dans les sociétés développées et à confronter les nations riches à leurs obligations morales envers les réfugiés. Le ton est donné par les premiers mots du texte: «Nos vies spirituelles… ne peuvent manquer d'être des vies sociales.» Approuvé par Bartholomew I, le chef spirituel de l'Église orthodoxe, le document rappelle que «(la) église primitive et byzantine avait une voix audacieuse sur la justice sociale». Cela, dit-il, doit être relancé et renouvelé.

La récente encyclique du pape François, Fratelli Tutti (Frères tous), a été écrite dans le même esprit. Les idées de fraternité et d'amitié sont développées comme un complément nécessaire aux catégories politiques familières de liberté et d'égalité. L'argument est résumé dans Let Us Dream, où le pape écrit: «Sans le« nous »d'un peuple, d'une famille, d'institutions, d'une société qui transcende le« je »des intérêts individuels, la vie… devient une bataille pour la suprématie entre les factions et les intérêts. »

Curieusement, des variations sur ce thème ont été explorées dans une série de publications récentes, à la fois laïques et religieuses. Dans son ouvrage de louange Morality: Restoring the Common Good in Divided Times, feu le grand rabbin, Jonathan Sacks, critique la priorité moderne du «je» par rapport au «nous». The Upswing de Robert Putnam et Shaylyn Romney Garrett et The Tyranny of Merit de Michael Sandel tentent tous deux de tracer un territoire civique qui évite le double danger de l'individualisme égoïste et du populisme illibéral.

Ces dernières années, les dirigeants chrétiens ont trop souvent été silencieux, complices ou lâchement proactifs, car la Bible a été déployée comme une arme dans les guerres culturelles conservatrices. L'image de Trump marchant dans des rues couvertes de gaz lacrymogène pour brandir une bible devant une église de Washington résumait une sorte de capitulation. Mais en cette nouvelle année, les chrétiens libéraux ont des raisons d'être optimistes prudents. Dans le projet nécessaire de tailler un nouvel espace pour une place publique moins polarisée, plus fraternelle, ils ont un rôle essentiel à jouer.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *