Catégories
Infos Craco

Les Polonais protestent à l'occasion de l'anniversaire de la répression de l'ère communiste Personnes Villes Pays Manifestants Loi sur l'avortement

Des milliers de personnes ont défilé dimanche à Varsovie et dans d'autres villes polonaises pour protester contre le gouvernement de droite du pays, les dernières manifestations après qu'une haute cour a décidé de renforcer la loi déjà restrictive du pays sur l'avortement

Les manifestations de dimanche ont coïncidé avec le 39e anniversaire de la répression de la loi martiale de 1981 par le régime communiste polonais. De nombreux Polonais accusent le gouvernement actuel d'agir de plus en plus comme ce régime autoritaire en méconnaissant les libertés civiles des citoyens.

En raison de l'interdiction des rassemblements par plus de cinq personnes au milieu de la pandémie COVID-19, les marches ont été organisées comme des «marches spontanées» et le slogan était: «Nous allons pour la liberté. Nous allons pour tout!».

Les manifestations ont été organisées par la grève des femmes, un groupe derrière les récentes manifestations de masse dans tout le pays. D'autres se sont également joints, y compris des agriculteurs et des entrepreneurs en colère contre la gestion par le gouvernement de la pandémie de coronavirus.

Les semaines de manifestations se sont transformées en le plus grand mouvement de protestation en Pologne depuis la chute du communisme il y a trois décennies. Une décision du 22 octobre de la Cour constitutionnelle polonaise interdisant les avortements de fœtus atteints de malformations congénitales, même lorsque le fœtus n'a aucune chance de survivre à la naissance, a déclenché les manifestations, qui se sont maintenant développées pour inclure d'autres griefs.

«Nous ne luttons plus uniquement pour les droits des femmes, mais pour les droits de tous. Ce qui se passe à ce stade est dramatique », a déclaré Adrianna Gluchowska, une manifestante accompagnée de son père.

Les manifestants se sont rassemblés à un carrefour central et ont commencé à marcher vers le domicile de Jaroslaw Kaczynski, le chef du parti au pouvoir pour la loi et la justice. La police anti-émeute a bloqué les manifestants, les forçant à emprunter une autre route le long de la Vistule pour rejoindre le domicile de Kaczynski dans le district nord de Zoliborz.

La police a annoncé par haut-parleurs que la manifestation était illégale, en disant "nous avons une épidémie." À cela, les manifestants ont répondu: "Nous avons une épidémie de PiS", en utilisant l'acronyme polonais de loi et justice. "Nous renversons le gouvernement!"

Beaucoup portaient des drapeaux de l'Union européenne et de l'arc-en-ciel pour montrer leur soutien aux valeurs occidentales libérales. L'un des manifestants était habillé comme une cartouche de gaz lacrymogène à taille humaine. Ces dernières semaines, la police a utilisé des gaz lacrymogènes sur les manifestants.

L'immeuble d'appartements de Kaczynski était entouré de centaines de policiers en tenue anti-émeute. Plusieurs personnes vêtues de costumes de milice de l'époque communiste ont réussi à s'approcher du domicile de Kaczynski et ont été enlevées par la police.

De plus petites manifestations ont également eu lieu dimanche dans des dizaines d'autres villes, notamment Gdansk, Cracovie, Poznan, Lodz et Szczecin.

Des fermiers mécontents en colère ont également protesté pendant la nuit, laissant un gros tas d'œufs, de pommes de terre et un cochon mort devant la maison de Kaczynski. Les agriculteurs ont déclaré qu'ils recevaient trop peu pour leurs produits et ont accusé le gouvernement de ne pas avoir répondu. La police a condamné à une amende quatre personnes pour détritus et blocage de la rue.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *